Point.

Le DUT, c’est terminé. Enfin pratiquement. Du coup, je vous ai concocté un article un peu spécial puisque j’ai demandé à mes ami(e)s de participer. Ils ont tous réfléchi et écrit pour me donner leur point de vue sur ces deux années. Je les ai laissé plutôt libre dans ce qu’ils voulaient dire même si je souhaitai que certains axes soient abordés, comme leur orientation ensuite par exemple. Nous sommes tous à l’IUT de Dijon, en Information-Communication option Métiers du Livre et du Patrimoine (MLP). Deux spécialités existent : Bibliothèque ou Musée.

Amélie, 19 ans, Spécialité Bibliothèque.

Pour moi, ce DUT n’a pas toujours été une évidence. En effet, j’ai eu pendant très longtemps une attirance pour l’enseignement. Pourtant, au moment de faire mes vœux sur APB, je me suis rendue compte que ce qui me passionnait vraiment, c’était la culture.

Je n’ai pas vu passer ces deux années. C’est une formation qui a été très enrichissante à tout point de vue. Les enseignements dispensés sont très vastes et balayent un nombre important de domaines différents : on a des cours d’économie, de sociologie, de linguistique, de droit mais aussi des initiations à la photographie, à la vidéo, à Photoshop en passant par des cours de catalogage, d’indexation, d’UNIMARC, qui sont spécifiques au métier de bibliothécaire.

L’autre grand point positif de cette formation, ce sont les stages : nous en avions un de 5 semaines en première année et un de 9 semaines en deuxième année. Ces stages nous permettent de nous conforter dans notre voie professionnelle ou non et de mettre en pratique nos connaissances théoriques. De plus, l’expérience professionnelle est indispensable de nos jours et les stages sont une bonne entrée en la matière pour ceux qui n’ont pas travaillé auparavant.

Je me suis épanouie dans ce que je faisais et je n’ai jamais rencontré de grandes difficultés. Néanmoins, j’ai trouvé un bémol à cette formation : je pense qu’il y a trop d’enseignements et pas assez d’heures de cours consacrés pour vraiment s’imprégner de la matière. Je vais prendre le cours de littérature étrangère en guise d’exemple : nous avions 5 cours (littérature africaine, japonaise, allemande, espagnole, anglaise). En soi, il est tout à fait  intéressant d’en parler et d’élargir nos connaissances, mais ce qui est absurde, c’est que nous avions 4.30 pour aborder chaque littérature.

Ceci étant dit, je recommande vivement cette formation à tous ceux qui sont attirés par le domaine culturel et qui souhaite en faire leur métier. J’achève cette expérience en étant psychologiquement enrichie et plus mature face aux épreuves de la vie.

Bien qu’elle soit destinée aux bibliothécaires et aux conservateurs de musée, il est tout à fait possible de s’en servir comme base pour s’orienter dans d’autres métiers de la culture comme par exemple le libraire ou l’éditeur.

Pour ma part, j’ai pris la décision d’interrompre mes études au moins pendant un an pour que je puisse préparer le concours d’adjoint du patrimoine. A côté du concours, je suis inscrite à Manpower (boîte d’intérim) ; les missions proposées me permettront d’accroître mon expérience dans le milieu professionnel et d’être indépendante financièrement parlant.

 Lucie, 22 ans, Spécialité Bibliothèque

Suite à deux années à la fac de Droit (assez mitigées), j’espérais beaucoup de ces deux années de DUT. A la rentrée de septembre 2015, je suis arrivée assez optimiste car je savais que ce DUT me correspondrait notamment avec l’option bibliothèque. Je peux dire que je n’ai pas été déçue, j’ai passé deux années géniales, à découvrir beaucoup de choses, à faire de belles rencontres. Les deux stages sont vraiment un plus, ils permettent réellement de connaitre le travail au sein de bibliothèques. Je recommanderai ce cursus à des personnes s’intéressant au patrimoine, aux livres, au contact avec les gens etc. Et également à ceux préférant les études courtes et intégrant des périodes de pratiques avec les stages.

Suite à l’obtention de mon diplôme (je l’espère le 6 juillet prochain), je souhaite rentrer dans le monde du travail. Je n’ai pas assez de motivation pour continuer mes études supérieures et je pense aussi qu’en n’étant pas limité géographiquement, il est possible de trouver un travail dans une structure qui nous plait. Bien sûr pour grimper les échelons et évoluer je vais m’inscrire à des concours de catégorie B puis pourquoi pas de catégorie A lorsque j’aurai davantage d’expérience.

Manon, 19 ans , Spécialité Bibliothèque

Quand vous êtes en classe de terminale, on vous demande de choisir une orientation. Celle-ci doit comprendre plusieurs choix, classés par ordre de préférence. Mon premier choix à moi, c’était le DUT Information et Communication option Métiers du Livre et du Patrimoine, de l’IUT de Dijon. Je me suis orientée dans cette voie à la suite de quelques discussions que j’avais pu avoir avec des professionnels. Quelle chance j’ai eu que ma candidature ait été retenue ! Ce DUT représente deux merveilleuses années de ma vie. Des années parfois difficiles et stressantes, parfois un peu ennuyeuses aussi, mais surtout humainement et professionnellement enrichissantes. Au cours de ces deux années, j’ai appris à me (re)découvrir, mais aussi à (re)découvrir les autres.

D’un point de vue professionnel, la formation vous confronte à toutes sortes d’épreuves : travail en groupe, minuté, limité, libre ou encore accompagné. Le rythme est intense dès la première année, et il faut s’accrocher les premiers mois, mais ça en vaut véritablement la peine. J’ai vite compris que les cours magistraux, les travaux de groupe et les partiels n’étaient pas là pour nous couler, mais pour nous préparer à une véritable professionnalisation, conforme à la réalité. Le DUT nous offre la chance de pouvoir mettre nos cours en application grâce à deux stages : l’un en première année, l’autre en seconde année. Celui de première année est plus libre (on peut par exemple choisir de le faire en librairie plutôt qu’en médiathèque ou musée), plus court (un mois au lieu de deux) et est d’une importance moindre comparé au deuxième (qui représente un coef 12 et qui est donc déterminant pour l’obtention du diplôme). Ces deux stages permettent de vraiment se rendre compte si l’on a choisi ou non la bonne voie.

Mais ce que je retiens surtout de ces deux ans, c’est la richesse humaine dont j’ai pu bénéficier. Les enseignants sont ouverts d’esprit, à l’écoute, passionnés par ce qu’ils enseignent (bien sûr, je dois avouer qu’il y a quelques exceptions dans le lot). C’est également le cas des autres étudiants, qui n’hésitent pas à vous venir en aide ou à vous faire partager leur passion (parfois un peu trop). Je suis arrivée dans cette formation en étant un peu paumée, peu sociable et surtout flippé par ce nouvel univers. J’en ressors grandie. J’ai eu la chance d’être entourée et accompagnée pendant ces deux ans par des personnes vraiment géniales qui ont su m’intéresser à des choses dont j’ignorais l’existence ou ne voulais pas en entendre parler auparavant et je les en remercie.

J’ai pour ma part décidé de continuer mes études en m’orientant vers la librairie (et je le dois à mon stage de première année), mais ce n’est en aucun cas une remise en cause des enseignements qui nous ont été prodigués. C’est un choix personnel, et je n’oublierai pas ce que le DUT IC MLP m’a apporté. Je ne peux que recommander cette formation, en espérant que vous passerez d’aussi belles années que les miennes.

Suzanne, 20 ans, Spécialité Musée

Ce fut deux ans de pur bonheur. A manger de la culture, à découvrir le monde professionnel, à se mélanger aux autres. Surtout à se mélanger aux autres.
Sortant tout juste d’un Bac Littéraire, ce DUT n’était pas mon premier choix mais il a tout de même été une expérience importante pour moi et pour la suite : en effet, en dehors de la théorie des cours et du travail à fournir chaque jour, ça a été pour moi le pilier d’une vie sociale. Ce DUT m’a permis de me lier à des gens, à me créer de véritables relations fortes et durables dans le temps et surtout, à pouvoir échanger sur des sujets qui nous englobaient tous ! Etudier en petit comité (après tout, ce n’était seulement que 20 élèves par classe), c’est permettre de se rapprocher des uns et des autres et de se serrer les coudes pour réussir et ne pas tomber ! J’ai vraiment apprécié ces deux années, j’étais comme un poisson dans l’eau, flottant dans son élément ; la littérature, le monde du livre, la culture. Mais cela m’a aussi permis de m’intéresser au Patrimoine, une spécialté qui, malheureusement, n’était pas aussi mise en avant que celle de Bibliothèque ! Peut-être l’un des points négatifs de cette formation. Mais ce que j’en retiens, finalement, c’est l’expérience humaine : la culture rapproche, jusqu’à créer de vraies amitiés. Et ça, c’est bien plus important que les cours !
L’année prochaine, je continue avec une première année d’Histoire de l’Art dans le projet de devenir médiatrice ensuite.

Roman, 25 ans, Spécialité Bibliothèque

Je conseille fortement la formation proposée par l’IUT de Dijon en Information-Communication pour toute personne souhaitant aborder le travail de médiathécaire. La formation offre un panel de cours très différents qui permettent de se créer un bagage culturel et technique très large, tout en invitant à s’ouvrir à toutes sortes de sujets vers lesquels nous ne nous serions pas tourné de prime abord tels que l’art (avec des cours de création d’audiovisuelle, d’histoire de l’art, de culture musicale et littéraire), la sociologie ou bien encore la linguistique. De plus la formation propose des cours de langue qui permettent véritablement de s’améliorer et d’évoluer de façon autonome. Ajouté à ça des cours permettant de réfléchir à son parcours professionnel et personnel, on obtient une formation très complète préparant à de nombreux métiers et concours. De plus les deux stages et le projet tutoré compris dans la formation permettent de créer un véritable réseau avec les professionnels et de se tester dans des situations professionnelles. Un défaut : le choix entre l’option bibliothèque et musée se fait tôt, on n’a que peu de moyens pour prendre une décision objective.
Je suis actuellement en CDD au Centre Culturel Irlandais à Paris, mon lieu de stage de 2ème année, et ce jusqu’en septembre.

J’espère que ces avis vont vous aider si jamais vous êtes à la recherche de votre vocation ou simplement si vous souhaitez en savoir plus sur cette formation. Comme d’habitude, n’hésitez pas à poser des questions.

Banalement Votre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s