Projet Tutoré.

Je vous avais dit, il y a déjà un moment, que je vous expliquerai ce que sont les projets tutorés. Eh bien, nous y sommes, c’est maintenant.

En septembre dernier, nous avons donc eu des propositions de sujets divers et variés en lien avec notre formation comme la valorisation d’un fonds dans une médiathèque de Dijon ou Dijon alentours, mais aussi des projets soutenus par l’IUT, comme celui de notre association étudiante. Nous devions donc par groupe de 5/6 nous inscrire sur un sujet. Je vous passe l’étape où tout le monde se tape dessus pour avoir le sujet qui lui plait. Mais on se retrouve dans tous les cas avec un sujet, peu importe ce qui arrive.

Pour ces projets à mener nous avons un commanditaire qui comme je l’ai dit avant peut-être une médiathèque, une entreprise, l’IUT ou même un professeur lui-même. Et nous sommes encadrés par un enseignant-référent, un tuteur quoi.

Avec mes amies, nous avons flashé sur le sujet soutenu par un de nos professeur et après moult batailles nous l’avons eu. Il avait pour intitulé « La littérature jeunesse contre les discriminations ». Notre professeur était donc notre commanditaire et ce qu’il souhaitait, c’était majoritairement qu’on l’avance dans ses recherches pour ses futurs ouvrages. Mais ça on l’a su que lorsque nous l’avons vu pour notre première réunion. Avant cela il a fallu attendre de découvrir qui était notre enseignant-référent. Il s’est avéré que c’était le même professeur. Ça n’arrive pas souvent mais ça arrive. Ça a parfois facilité les choses puisque nous avions moins de réunions par exemple puisque lorsque nous le voyions, nous rencontrions à la fois le commanditaire et le tuteur.

Lors de la première réunion, comme je le disais, nous avons découvert ses attentes. Il souhaitait tout d’abord que nous répertorions toutes les associations de France qui luttent contre les discriminations. C’est un travail que nous nous sommes partagées et que nous avons ensuite mis en commun. Au final, nous avions plus d’une centaine d’associations. Nous les avons ensuite contactées avec une adresse mail que nous avons créée pour le projet. Il s’agissait de savoir comment elles agissaient avec la jeunesse. Est-ce qu’elles utilisaient la lecture ou pas ? D’autres supports ? Lesquels ? Pourquoi ? Nous avons eu peu de réponses. Et les réponses que nous avons eu, nous ont indiqué que la lecture est un support difficile à utiliser pour les associations, car elles n’ont pas le temps de surveiller les parutions de livres et de se les procurer. Et elles ne savent ensuite pas comment mettre en place une animation à partir de ce support. A ce moment là, nous étions en novembre et devions rendre un cahier des charges, présentant le sujet, la façon dont on allait l’aborder, les attentes du commanditaire, le temps et le budget (pour certains groupes, nous, nous n’en avions pas).

A partir de là, on a souhaité rencontrer une association pour voir ce dont elle aurait besoin pour utiliser le livre dans ses rencontres/ateliers avec les enfants/adolescents. La seule association qui nous a répondu rapidement et positivement se trouve être l’AMACOD. Il s’agit d’une antenne installée par la ville de Dijon pour ses habitants. On a découvert que c’était d’ailleurs une personne de la Ligue de l’Enseignement qui s’en occupe. Très ouverte, elle nous a expliqué son rôle, ses besoins, ses difficultés. Pour que notre projet devienne plus concret qu’une simple liste d’associations, nous avons proposé de faire une animation dans une des classes que connaissait cette personne. Elle nous a mis en contact avec une maitresse d’une classe de CP et a partir de là tout a été très vite. Nous avons découvert la classe, rencontré la maitresse. Elle nous a fait part des discriminations qu’elle souhaitait que l’on aborde avec les enfants. Nous avons construit l’animation, faite et ce fut un beau succès. Les enfants ont été touchés par nos histoires, la maitresse souhaite continuer de travailler avec les ouvrages.

Tout ce travail a bien sur été mis en dossier écrit puis nous avons soutenu devant un jury composé de professeurs et devant les premières années se préparant à ce qui les attend eux-mêmes en septembre. Le tout avec un beau Powerpoint et en se séparant 20 minutes de paroles en 5. 10 minutes de questions ensuite et on se voyait soulagé.

Pour aider les associations, nous avons mis tout notre travail sur un site internet que j’ai créé : luttediscriminations.wordpress.com
Dessus, il y a le tableau des critères de discriminations existants, le tableau répertoriant nos 142 associations, le tableau répertoriant des collectifs/associations qui propose des outils pour sensibiliser la jeunesse et ensuite une bibliographie et la trame d’animation que nous avons fait. Ces deux derniers sont disponibles en pdf, téléchargeables et imprimables.

J’espère vous avoir éclairé sur ce qu’est un projet tutoré et vous avoir donné envie d’aller jeter un œil sur notre travail. Si vous avez des questions, j’y répondrai avec joie.

Banalement Votre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s