Iceberg.

J’ai enfin le temps de m’asseoir pour vous écrire. Je ne vous avez pas oublié, j’ai juste eu de grosses journées. Tout d’abord les partiels qui se sont succédés à une vitesse folle. Puis un stage de cinq semaines en médiathèque. Là encore les horaires de la structure ne m’ont pas vraiment laissé le temps de vous écrire. J’ai essayé mais jamais je n’arrivai à finir mon article. J’ai donc décidé que je vous dirai tout lorsque j’aurai mis un point final à mes histoires.

J’ai plein de choses à dire sur ce stage.
Le positif c’est d’abord de sortir des cours et de la théorie. On voit les étapes, on est réellement en contact avec le public, il n’est pas fictif. On participe, on est là, on est sur le terrain. Et ça c’est vraiment bon !
Ca m’a aussi prouvé que oui, c’est ça que je veux faire. Et qu’il n’y a pas qu’au milieu des livres que je peux exceller. Car oui, on ne fait pas que ça.

Le négatif c’est se rendre compte comment les gens nous voient, nous, les (futurs) bibliothécaires, et de quelles façons ça influent sur notre travail. Les gens pensent que lorsqu’on est à la médiathèque on a juste des livres, dvd, cd,… à récupérer et à prêter. Et que notre journée se limite à ces actions là. Mais pas du tout, ça ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Derrière il y a beaucoup de travail. Les livres n’arrivent pas tous seuls, ils ne s’enregistrent pas non plus d’eux-mêmes sur les registres, sur la base de données,… Ils ne se tamponnent pas seuls et ne se couvrent pas seuls. Ensuite ils ne se mettent pas seuls en rayon. On doit aussi justifier les achats, avec les factures, les bons de commande, courir après un livre manquant ou abimé, mal imprimé… Puis après ceux que vous oubliez de nous rendre. Les mairies dont on dépend ne nous facilitent pas la tâche non plus. Ils nous ajoutent des missions : l’activité culturelle, l’organisation d’événements, d’expo, qu’il faut ensuite installer, promouvoir, présenter. L’accueil de classe se fait aussi lorsqu’on est fermé, et non, nous ne laissons pas vos enfants seuls à ce moment là. Nous sommes là pour leur raconter des histoires, promouvoir la lecture et les aider à trouver LE livre qu’ils cherchent. Des réunions, des paperasses, des contrats. On le fait avec le sourire en plus. Ca nous intéresse mais ça prend de plus en plus le pas sur les documents et leur traitement. Si nous sommes au téléphone, après nos mails, ou en train de rédiger des contrats pour des intervenants, nous ne sommes pas en train de sélectionner de nouveaux livres, de les couvrir, les tamponner, les mettre sur la base, notre SIGB (Système Informatique de Gestion de Bibliothèque).

Et nous sommes encore moins en train de lire caché derrière notre bureau. Si nous lisons les livres et pouvons ensuite vous conseiller, c’est sur notre temps libre. C’est normal mais ces clichés nous collent à la peau.

Il y a en plus le cliché de la vieille bibliothécaire acariâtre ! Alors non, on est pas toutes comme ça, malgré que certaines irréductibles résistent encore et toujours.

La conclusion à laquelle j’en suis arrivée c’est que ce métier est mal connu et mal reconnu aussi. Reconnu, parce que étant sous la tutelle de la municipalité par exemple, on va rarement dire que telle festivité a été organisé en réalité par la bibliothécaire. Non on va laisser penser que c’est un agent de la mairie. Mais c’est tout.

Que dire de plus ?

J’ai aussi trouvé du travail pour l’été : deux mois à la préfecture au guichet des cartes grises et immatriculations. C’est un 35 heures et c’est formidable.
Et je continue d’écrire. Je me demande si ça vous intéresserait que je mette les premières bribes par-ci, par-là.

Banalement Votre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s