Tu fais quoi dans la vie ?

Contrairement à ce que l’on pense, étudiante n’est pas un métier de tout repos. C’est pour cela que j’ai mis autant de temps à venir écrire ce second article. Non, en réalité je n’ai aucune excuse, pardon, punissez-moi.
Peut-être une légère angoisse cependant, puisque j’imaginais très bien le site, son premier article, mais qu’ensuite une fois ceci fait : la panique. Mais maintenant je suis là ! Et comme dirait mamie : « Quand faut y aller, faut y aller ! » #Bourgogne.

Vous l’aurez peut-être compris avec le titre, je vais vous parler de ce que je fais. Pas là maintenant puisque vous vous doutez bien que j’écris sur un ordinateur (enpyjamaetdansmonlit) mais au quotidien.

Pour cela, il faut commencer par le début. Plutôt bonne élève jusqu’en 4ème, tout dérape pourtant au moment d’une crise d’adolescence aiguë. Car oui, ma maman vous confirmera, je ne l’ai pas loupé celle-là. Le lycée a été très difficile, malgré mon brevet décroché avec mention, mes notes sont trop mauvaises pour que l’on me laisse choisir mon option. Je suis donc forcée de continuer le latin. Le latin étant une des solutions mises en place par ma maman (comme l’allemand ensuite) pour que je sois dans une bonne classe, dans un collège où régnait une « certaine diversité culturelle » (surtout des gens du voyage).

Mon année de seconde ne s’est pas vraiment bien déroulée, je l’ai donc redoublé. Ce que j’ai encore plus mal vécu. Je me suis renfermée, moi qui avait toujours eu une bande d’amies. Cette seconde année je l’ai passé à travailler les cours, bien que les survolant, et à lire surtout. Je me promenais toujours avec un ou deux livres dans mon sac. Ce qui a tout de même fini par attirer les curieuses, qui sont devenues des amies toujours proches maintenant. Le lycée se passe donc avec cette fois une option qui me plait, l’art plastique. Dans celle-ci on nous parle concours, Beaux-Arts pour la suite. Sans trop réfléchir, je m’élance donc dans cette voie, je suis reçue aux Beaux-Arts de Bourges sans vraiment m’y attendre. Je passe mon baccalauréat, l’obtient aux rattrapages. Et c’est le grand bain.

Je me retrouve donc à Bourges, avec un appartement, mon copain chômeur en guise de boulet. L’année est formidable mais une chose m’inquiète de plus en plus : qu’est-ce qu’on devient après les Beaux-Arts ? Aujourd’hui je balance : on ne devient rien. Sur une promo de 60, beaucoup vont se réorienter, changer d’école, ne faire que le premier diplôme en 3 ans et devoir continuer des études ailleurs ensuite. Ceux qui font 5 ans, je les vois simplement ne pas savoir quoi faire, ils restent dans l’École à « errer » en attendant d’être des artistes reconnus. Comme vous avez dû le comprendre les études n’étaient pas mon truc et j’étais devenue lucide à ce propos. J’ai préféré arrêter à la fin de ma première année. Valait mieux ne pas perdre plus de temps. Je voulais faire les choses bien, me renseigner, étudier toutes mes possibilités. J’avais été tellement mal orientée.

Une année inutile vide se présente donc. Une grande page blanche. Je fais les bases d’abord, Pôle Emploi, puis la Mission Locale et le CIO. La Mission Locale est formidable, ils m’aident beaucoup et avec l’aide du CIO me font faire des tests pour déterminer ce que j’aime. En ressort mon côté littéraire que j’avais totalement oublié. Non pas que je n’aimais plus lire mais ce n’était pas une chose dont j’aurais pensé pouvoir faire mon métier un jour. Je travaille en intérim, à droite, à gauche et l’année se passe. En parallèle je m’occupe de toutes les paperasses à faire lorsqu’on part en études supérieures, bourse, logement, inscription… Sur le plan personnel j’ai aussi quitté mon copain en même temps que les Beaux-Arts et rencontré par la suite un homme fabuleux qui sait me remettre les idées en place.

Et depuis septembre dernier : Je suis étudiante en 1ère année de DUT Information-Communication option Métiers du Livre et du Patrimoine !

Je ne savais même pas que ça existait avant d’aller à la Mission Locale. Tout simplement parce que lorsqu’on fait des études dites général on nous parle peu des BTS et DUT, c’est mis de côté car jugé trop « facile », pour les gens bêtes en fait. Mais c’est tout sauf cela. Le BTS on connait tous, le DUT c’est seulement un BTS en deux ans mais qui donne la possibilité d’enchaîner avec une licence professionnelle. Je dis bien la possibilité car ça reste un diplôme en lui-même professionnalisant. Donc si vous me lisez et que vous ou quelqu’un que vous connaissez (père, mère, soeur, frère, fils, fille, tante, oncle, cochon d’Inde,…) est en proie à des doutes actuellement au sujet de son avenir, parlez lui de la Mission Locale, c’est gratuit en plus !

J’ai trouvé ma voie. Après un semestre, qui a fonctionné du tonnerre, je peux vous dire que, finalement les études c’est mon truc. Malgré un rythme intensif (35h de cours par semaine) et une évaluation en contrôle continu qui s’apparente finalement plus à un système de partiels, je suis heureuse d’aller en cours et d’apprendre toutes ces choses.

D’ailleurs, qu’est ce que j’apprend ? Eh bien, ce DUT est fait pour les métiers du livre, c’est-à-dire bibliothécaire, médiathècaire, libraire, éditeur, ou journaliste mais ça dépend des IUT. Et pour les métiers des musées, conservateur surtout. Nous avons des matières générales : droit, économie, théories des organisations… Mais aussi des matières professionnelles : techniques documentaires (pour apprendre à classer les documents), outils spécifiques (avec de vrais professionnels du métiers qui nous apprennent leurs métiers actuellement)… Nous avons deux stages : un en première année de 5 semaines et un en deuxième année de 9 semaines (11 si à l’étranger).

Je pense que je vous reparlerai de tout ça un peu mieux dans un prochain article et avec encore plus de détails et d’anecdotes avec l’arrivée du deuxième semestre en janvier. Mais maintenant vous savez. N’hésitez pas si vous avez des questions, je serai ravie de vous répondre !
Et d’ailleurs, vous faites quoi dans la vie ?

Banalement votre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s